Les conditions de la montagne corse
Mise en garde : les informations contenues dans ce blog ne sont pas corrigées par nos soins et leur exactitude n’est pas garantie. Ces articles ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de la société Montagnes de Corse ni celle des auteurs.
Compte rendu du week-end à Asco
Voilà, je m'y colle :

Samedi, montée au Col perdu. On chausse à la station. Il fait super beau (et chaud : belle suée en perspective pour la montée). La neige colle sous les peaux jusqu'au plateau et je me transforme en "drag queen des neiges" avec mes surcompensées de trois kilos... Après ça va mieux et le manteau semble plut homogène (la descent montrera le contraire...) Au col perdu, je creuse un peu et trouve des "grains ronds" vers 70 cm sous la surface. Au dessus, c'est plutôt compact avec de belles couche de regel. Si j'avais été moins fainéant, j'aurais fait une belle tranchée pour approfondir l'étude...
Puis, nous descendons vers le lac d'Altore en appuyant sous le Von Cube pour remonter un peu vers Bocca Purtellu (au point coté 2079 précisemment, au nord du Von Cube). La descente est plutôt chaotique : la neige change tous les 5m et il est difficile d'enchaîner le virages avec style...mais on est toujours mieux là qu'au bureau !!! Ensuite la longue traversée pour revenir sur le petit plateau demande un peu d'attention car les cailloux ne sont vraiment pas loin... La dernière portion dans les pins est assez infernale et il faut vraiment faire attention à ses semelles... et porter un casque à cause des branches. C'était peut-être pas idéal mais on est ravis !

Dimanche, de nouveau grand beau et chaud, il manque décidemment une vraie sous couche pour aller vers la Pointe des Eboulis et on ne se sent pas le passage du canyon du début. Les dalles affleurent beaucoup et on n'a pas vraiment envie de porter les planches (même remarque pour Bocca Crucceta). Du coup, on chausse les raquettes pour aller bronzer à Bocca U Stagnu (les plus courageux monterons au sommet de la Muvrella en chaussant les crampons juste pour les derniers 100m de l'itinéraire estival). La mer de nuage entoure complètement l'île et nous avons un magnifique point de vue sur les Alpes (où il l'air de faire beau aussi d'ailleurs). La descente se déroule souvent sur les fesses car c'est plus rapide et surtout ça évite de se faire éclater les tibias par la croûte de regel.

A part ça, la route est dégagée mais il faut être méfiant par rapport au verglas qui persiste tard dans la journée (je pense que certains ont serré les fesse à la descente).


Tags : ascu
Rédigé par Julien Bouchaud le Lundi 21 Janvier 2008 à 11:53 | Commentaires (0)